les jours de poésie

 

 

Ils arrivent. Parfois .A jour irrégulier, à petite nuit. Ils arrivent sans que rien ne les ait annoncés.

 Rien qui ne change vraiment; mais comme un filtre léger, une étole vaporeuse qui déposerait un peu de chaleur sur les couleurs froides, les jours de poésie envahissent mon monde. Là où mes yeux d'ordinaire ne s'appliquent qu"à chercher un contour pour en établir une fonction vient s'étirer ce joli filtre de sensations. Alors, débute une valse lente entre mon corps pesant et  l' univers arachnéen dans lequel il évolue.

Le petit morceau de sucre laissé par l'inconnu sur la soucoupe du bistrotier . Celui-la même que je repousse d'une main aveugle quand je prends place à mon tour. ce petit morceau de sucre vient , les jours de poésie, charmant, m'offrir son histoire de ses petits grains épars. La main qui l'a cassé a tracé dans mon axe de vie comme un léger brouillard persistant. était-il un? était-il une? peut-être deux...à s'assoir à ma place.

C'est elle qui a cassé le sucre. négligemment. Elle l'aura fait glisser dans le petit noir matinal, laissant se former une tempête concentrique dans le sillon de sa cuiller. Happée dans ce tourbillon incessant,passant du breuvage amer au liquide salé des courants marins, peut-être se sera t-elle rendue elle aussi à la force de Coriolis . Alors, elle se sera mis à tourner , lègère particule fini dans l'espace infini. De la pulpe du doigt, en un cercle parfait, elle aura rassemblé les grains de sucre pour mieux les disperser en spirale dansante, blanche sur le formica gris. La grosse pendule sévère  qui compte les gouttes de temps aura dilué son attente dans cette rotation liquide, entraînant avec elle, la danse des nuages sur l'écran de la fenêtre. Une transe ternaire aura saisi les âmes, du torchon en cadence essuyant les verres, aux habitués qui passent les finissant.

Le petit morceau de sucre a sombré au fond de la tasse, déguisant le café en un breuvage sirupeux. La main qui l'avait cassé, a saisi l'anse .Portant à ses lèvres la rotation de la terre, l'effet de Coriolis et le temps qui passe, elle a tout bu . Comment peut-on ingérer le monde en deux ou trois secondes? Elle est partie. j'ai pris sa place. Sur la table bistrot traînent encore de tout petits morceaux de poésie.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×